•  

    NY Cheesecake


    J'ai essayé de nombreuses recettes de cheesecake, des versions avec et sans cuisson afin de trouver le goût authentique de ce célèbre gâteau si populaire aux Etats-Unis. La recette que je vous propose aujourd'hui me convient à 100 % tant au niveau du goût que de la texture.

    Je peux affirmer désormais que la cuisson est un élément essentiel dans la réussite d'un cheesecake. Cuit un peu trop longtemps, vous n'aurez aucun mal à le trancher, il sera très beau, mais pâteux. Votre cheesecake doit avoir la consistance d'une mousse très dense. Veillez à bien tremper la lame du couteau dans de l'eau chaude lorsque vous procéderez au service, car la mousse colle au couteau. C'est à ce petit détail que vous verrez que vous avez acquis la totale maîtrise de cette délicieuse spécialité américaine ! Enjoy !


    Préparation : 30 minutes

    Temps de repos : 24 heures

    Matériel : moule à charnière de 20 cm de diamètre

     NY CheesecakeNY CheesecakeNY Cheesecake






    La base biscuitée (un cheesecake peut se faire sans cette base, donc vous pouvez vous passer de cette étape si vous souhaitez) :

    • 100 g de biscuits sablés type McVities (vous pouvez remplacer par des speculoos)
    • 40 g de beurre

    NY Cheesecake

    NY CheesecakeNY Cheesecake







    La crème :

    • 600 g de Philadelphia (vous pouvez remplacer par du Kiri)- à t° ambiante -le sortir du frigo 1/2 avant le début des hostilités
    • 160 g de crème épaisse
    • 120 g de petits suisses
    • 18 g de farine (2 càs rases)
    • 2 oeufs + 1 jaune
    • le zeste d’un demi citron
    • 1 càc d’extrait de vanille liquide
    • 150 g de sucre

    Le «topping» (la finition de la couche supérieure) :

    • 200 g de crème épaisse
    • 20 g de sucre
    • 1 càc d’extrait de vanille liquide

     

    Mode opératoire :

    La base biscuitée :

    Dans un saladier écraser les biscuits au presse-purée ou mixer rapidement dans un blender. 

    Faire fondre le beurre et l’incorporer à la chapelure de biscuits.

    Tapisser le moule à charnière de papier sulfurisé. Pour le fond, il suffit de coincer le papier dans les bords. Beurrer les bords arrondis du moule et y coller des bandes de papier sulfurisé de 8 cm de haut. Préchauffer le four à 180°.

    Verser le mélange biscuité dans le fond du moule et compacter avec la base d’un verre.

    Enfourner pour 15 minutes.

    Augmenter la température du four à 200°.

     

    La crème :

    Battre le Philadelphia avec les petits suisses pendant 30 secondes dans le bol d’un robot (ou jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse).

    Ajouter les autres ingrédients les uns après les autres en battant à chaque fois :

    le sucre, la farine, l’extrait de vanille, le zeste de citron, les oeufs, puis le jaune. Finir avec la crème fraîche en battant juste assez pour l’incorporer.

    Verser le tout dans le moule et enfourner pour 10 minutes à 200°. 

    Baisser la température à 100° et laisser cuire 30 minutes.

    Sortir le cheesecake du four le temps de préparer le topping. 

    Augmenter la température du four à 120°.

     

    Le topping :

    Mélanger la crème avec le sucre et l’extrait de vanille.

    Verser sur le cheesecake.

    Enfourner pour 15 minutes à 120°C.

    Eteindre le four et y laisser le cheesecake pendant 2 heures, porte entrouverte.

    Laisser reposer le cheesecake au frigo pendant 24 heures avant de le déguster.

     

    NY Cheesecake

     

    Servir avec un coulis de fruits rouges, du caramel ou de la confiture de lait allongée. Nature, c’est délicieux également !

     

    NY Cheesecake

     

     NY Cheesecake (version imprimable)



    Je constate que beaucoup d'entre vous continuent à voter fidèlement pour Ratatouillette. Le blog a franchi le cap des 400 votes ce mois-ci au concours Marie-Claire idées.

    Un grand merci à Gérard, Alfred, Nathalie et tous ceux dont je ne connais pas le nom qui votent quotidiennement !


    1 commentaire
  •  

    Pizza du placard cuite sur pierre


    Pas le temps d'aller faire les courses...stop...Les enfants ont envie d'une pizza...stop...J'ai toujours un kit de survie dans le placard...stop...et le minimum vital au frigo...stop...

    Préparation : 5 minutes + 20 minutes

    Repos de la pâte : 1 heure

    Pour 4 personnes (2 pizzas) :

    La pâte à pizza

    • 350 g de farine bio T65
    • 4 g de levure de boulangerie déshydratée
    • 1/2 càc de sel
    • 195 ml d’eau

    La garniture

    • une boîte de miettes de thon (104g net égoutté)
    • une vingtaine d’olives vertes
    • 1 boîte de pulpe de tomate en dés (400g net) - bien enlever le jus en laissant égoutter le contenu de la boîte au travers d’une passoire
    • 150 g de Philadelphia ou St Morêt
    • origan
    • sel, poivre
    • 1 petite boîte de champignons
    • 1 petite boîte de coeurs d’artichauts

    Préparation de la pâte :

    Pétrir ensemble la farine, la levure, le sel et l’eau. Laisser reposer une heure à température ambiante.

    Si vous avez une machine à pain, mettre tous les ingrédients dans l’ordre préconisé par le constructeur et enclencher le programme pâte seule (environ 45 minutes).

    Lorsque la pâte est prête, séparer le pâton en deux. Sur un plan de travail bien fariné, étaler deux disques plus ou moins épais selon vos goûts (pâte fine ou plus moelleuse/épaisse). Déposer chaque disque sur une plaque recouverte de papier sulfurisé en attendant la suite des opérations.

    Préchauffer le four à 250° avec une pierre à pizza à l’intérieur (environ 30 minutes de préchauffage).

    Finition :

    Avoir tous les ingrédients émincés, prêts à garnir la pizza juste avant sa cuisson.

    Garnir chaque disque de pâte l’un après l’autre, au dernier moment, juste avant d’enfourner : sur chaque disque, mettre la pulpe de tomates par petits «paquets», puis ajouter les miettes de thon, les olives, les champignons, les coeurs d’artichauts, des «morceaux» de fromage frais Philadelphia. Assaisonner avec de l’origan, du sel et du poivre.

    Faire glisser la pizza avec son papier sulfurisé sur la pierre et cuire 3 minutes, voire plus selon la capacité d’absorption de chaleur de votre pierre. 


      Recette pizza du placard sur pierre (version imprimable)




    3 commentaires
  •  

    Chocolats feuilletés praliné


    Certes ils ne sont pas très beaux, mais sous cette apparente rusticité se cache un trésor gustatif. Ils sont croquants, fondants, riches en goût...tout simplement irrésistibles !

    Grâce à Bernard (clic), j'ai découvert le beurre de cacao mycryo qui vous permettra de vous affranchir des règles de tempérage du chocolat, surtout si vous n'avez pas de plan de travail en marbre chez vous, comme c'est mon cas. En modifiant la composition chimique du chocolat, on peut obtenir un chocolat qui ne tourne pas au gris dès qu'il se fige. Si vous n'arrivez pas à trouver de poudre de cacao mycryo (je l'ai achetée chez G.Detou à Paris), ne vous privez pas d'une telle recette. A défaut d'être beaux, vos chocolats seront délicieux malgré tout !

    Préparation : 30 minutes

    Pour environ 25 pièces :

    • 180 g de pâte de pralin
    • 60 g de chocolat noir
    • 80 g de crêpes dentelle écrasées
    • 150 g de chocolat noir de couverture
    • 1,5 g de beurre de cacao mycryo

     Chocolats feuilletés pralinéChocolats feuilletés pralinéChocolats feuilletés praliné






    Faire fondre les 60g de chocolat noir au bain marie.

    Ajouter la pâte de pralin, puis les crêpes dentelles écrasées. Bien mélanger.

    Verser la préparation dans le fond d’un moule à cake recouvert de papier sulfurisée ou de film alimentaire.

    Attendre le durcissement complet de la préparation.

    Démouler et couper en rectangles ou en carrés. On peut s'arrêter à ce stade si on ne souhaite pas retapisser sa cuisine de chocolat fondu...

    Faire fondre le chocolat de couverture à 40-45°. Laisser refroidir à 34-35° et ajouter la poudre de beurre de cacao. Quand la couverture est à 31-32°, enrober les feuilletés de chocolat fondu (je m'aide de deux fourchettes et j'égoutte bien mes bouchées). Déposer les bouchées sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et laisser figer.

     

    Chocolats feuilletés praliné

     

     

     Chocolats feuilletés praliné (version imprimable)

     

     


    3 commentaires
  •  

    Pralin maison (poudre et pâte)


    Ahhh, la pâte de pralin ! Gourmandise sucrée servant de base à de nombreuses préparations (dont les fameux chocolats feuilletés praliné que vous découvrirez très prochainement). Mais rien ne vous interdit de plonger régressivement votre cuillère dans le pot et de savourer l'onctuosité, la pointe de craquant, le pur goût de noisettes torréfiées. Un feu d'artifice pour les papilles...si simple à réaliser.

    En tant que particulier, il est parfois difficile de se procurer de la pâte de pralin lorsqu'on se lance dans la confection de chocolats, de ganaches et entremets divers. 

    Les parisiens en trouveront à G.Detou. N'ayant aucune envie de faire le déplacement cette fois-ci, j'ai réalisé mon pralin maison. J'étais partie pour suivre à la lettre la recette de Pierre Hermé publiée dans son livre "Plaisirs Sucrés", mais je suis tout à coup sortie de ma zone de confort pour improviser ! Improvisation mesurée toutefois, puisque j'ai préalablement vérifié les étapes de cuisson du sucre pour ne pas "louper" mon caramel.

    Voici le résultat de mes dérives (pardon maître vénéré Pierre Hermé !) :

    Préparation : 40 minutes

    Matériel indispensable : un robot multifonction suffisamment puissant (pour info., j´ai un robot Magimix Compact 3200 XL de 650 W ; la masse a été réduite en poudre puis en pâte très facilement). Il est préférable d'utiliser un robot plutôt qu'un blender ; le fond du blender étant plus étroit, la masse a tendance à rester collée au fond, ce qui ne se produit pas dans un robot dont la cuve est plus large)

    Pour un pot de 575 g :

    • 400 g de noisettes
    • 250 g de sucre
    • 70 ml d’eau


    Pralin maison (poudre et pâte)
    Pralin maison (poudre et pâte)
    Pralin maison (poudre et pâte)











     








    Pralin maison (poudre et pâte)

    Pralin maison (poudre et pâte)

    Pralin maison (poudre et pâte)
















    Monder et torréfier les noisettes :

    Disposer les noisettes sur une tôle et les enfourner dans un four préchauffé à 170° pendant 10 minutes.

    Les sortir et les enfermer dans un torchon en frottant énergiquement pour se débarrasser de toutes les petites peaux.

    Remettre les noisettes sur la tôle que l’on recouvrira au préalable de papier sulfurisé (pour la suite) et poursuivre la torréfaction pendant 12 minutes supplémentaires. Surveiller.

     

    Faire le caramel :

    Mettre le sucre dans une casserole à fond épais, assez large et verser l’eau.

    Porter à 160°, voire un peu plus selon le degré de caramélisation souhaité. Ne surtout pas remuer. Poser la thermosonde et laisser monter en température.

    Lorsque le caramel est légèrement doré, le verser par dessus les noisettes.

    Laisser refroidir la masse (environ 30 minutes).

    Casser cette masse en morceaux à la main et passer au robot multi-fonctions.

    On obtient dans un premier temps de la poudre de pralin, puis de la pâte de pralin. La pâte est assez épaisse, puis devient plus liquide lorsque les noisettes libèrent leur huile.

    J’ai prélevé 150 g de poudre de pralin, puis j’ai continué à mixer pour obtenir au final un pot de 425 g de pâte de pralin.

    Résultat : un pralin au goût prononcé de noisettes grillées - extra ! Rien à voir avec le pralin du commerce.

     

    Pralin maison (poudre et pâte)

      Pralin maison poudre et pâte (version imprimable)

     



    12 commentaires
  •  

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)


    J'ai récemment cuisiné des gyozas, raviolis japonais à base de porc et de chou chinois (ils figureront sans doute tôt ou tard sur le blog, mais cette fois-ci des voraces se sont précipités sur le plat brûlant sans que je puisse le photographier pour vous !).

    Il me restait de l'échine de porc hâchée et d'autres ingrédients couramment utilisés dans la confection des gyozas. Et hop, recyclage "japonisant" et transformation du porc hâché en boulettes ultras light, car cuisinées à la vapeur dans un micro-climat de sauce yakitori.  Vous pouvez évidemment acheter de la sauce yakitori toute prête, si vous n'avez pas envie de la faire vous-même.

    Vous trouverez facilement tous les ingrédients nécessaires à la recette dans une épicerie asiatique, voire au rayon des produits du monde de votre supermarché.


    Préparation : 30 minutes

    Pour 4 personnes :

    La sauce yakitori :

    • 15 g de maïzena
    • 1 càs de saké
    • 75 ml de mirin
    • 140 ml de sauce soja japonaise
    • 50 g de sucre

    Délayer la maïzena dans 1 càs de saké et 2 càs de mirin (25 ml).

    Dans une petite casserole, mettre le restant des deux sauces (mirin + sauce soja), ainsi que le sucre. Mettre sur feu moyen. Dès que le sucre a fondu (le stade de l’ébullition n’est pas encore atteint à ce stade), ajouter la maïzena délayée. Lorsque le mélange bout, compter une minute en remuant sans cesse et éteindre (la sauce est sirupeuse ; elle nappe la cuillère). Réserver.

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)













    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)





















    Les boulettes :

    • 600 g d’échine de porc hachée
    • 100 g de ciboulette Thaïlandaise, soit un bouquet (elle ressemble à des oignons nouveaux, mais le bulbe est très fin ; on la trouve facilement dans les épiceries asiatiques).
    • 25 g de gingembre
    • 2 gousses d’ail
    • 40 g de chapelure
    • 1 oeuf

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)




















    Préparer les papillotes. Découper un grand rectangle de papier sulfurisé et la déposer sur une plaque de cuisson : plus le papier est grand, mieux c’est. Il doit déborder d’environ 6 cm au-delà de la plaque de cuisson.

    Graisser le papier avec de l’huile neutre à l’aide d’ un pinceau.

    Râper le gingembre et l’ail à l’aide d’une râpe ou d’un mini-hachoir.

    Ajouter la viande hachée.

    Laver la ciboulette Thaïlandaise et l’égoutter sur du papier absorbant. La ciseler (j’évite d’utiliser un robot ; la ciboulette rendrait de l’eau, car hachée et non ciselée). 

    Incorporer la ciboulette à la viande hachée, ainsi que la chapelure et l’oeuf.

    Bien amalgamer l’ensemble avec les doigts. 

    Former des boulettes de la taille d’une noix dans le creux de la main.

    Les déposer au centre sur la feuille de papier sulfurisé.

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)










    Napper les boulettes avec 9 càs de sauce yakitori.

    Refermer la papillote avec une deuxième feuille de papier sulfurisé de mêmes dimensions.

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)







    Enfourner dans un four préchauffé à 210°C. Cuire 15 minutes. 

    Si vous préférez former des aumonières individuelles, prolongez de 5 minutes le temps de cuisson. Les boulettes sont moins espacées que dans la papillote géante et ont donc besoin de plus de cuisson. J'ai testé les deux méthodes et j'ai une nette préférence pour la formule "papillote géante".

    Réchauffer la sauce yakitori.

    Servir les boulettes brûlantes, nappées de sauce yakitori.

    Guest star : ma pupuce chérie qui a prêté ses jolies mains pour la photo !

     

    Boulettes de porc sauce yakitori (Japon)


     Boulettes de porc sauce yakitori (version imprimable)

     




    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires